« Game of Thrones » à Riyad (15/04/2014, ORIENT XXI)

Pour la première fois de l’histoire de l’Arabie saoudite, le roi a décidé de façon formelle qui sera l’héritier de son successeur. En nommant vice-prince héritier le plus jeune des fils vivants du fondateur du royaume, il accélère le passage du pouvoir à la deuxième génération des enfants d’Abdelaziz. Indépendamment des luttes pour le pouvoir qui devraient s’exacerber entre les petits-fils, cette transition prochaine ne rajeunira pas l’âge des monarques saoudiens.

La publication jeudi 27 mars 2014 d’un décret royal nommant le prince Mouqrin Ben Abdelaziz — le plus jeune des fils encore vivants du fondateur du royaume Abdelaziz Ibn Saoud — à la fonction de vice-prince héritier a surpris à plus d’un titre. Non par le choix de son titulaire mais par la nature inédite de cette fonction. Début février, Mouqrin avait en effet déjà été nommé second vice-premier ministre. Le roi gardant pour lui le titre de premier ministre et le prince héritier étant traditionnellement premier vice-premier ministre, le second vice-premier ministre est, tout aussi traditionnellement et de façon présomptive, le futur prince héritier. Il paraissait alors déjà explicite aux yeux de tous que Mouqrin serait prince héritier à la suite de Salman lorsque ce dernier succéderait à Abdallah. Que cela n’ait pas été assez clair, ou au contraire que cela l’était tellement que de nombreux princes d’importance s’étaient mis à intriguer pour saper l’avenir de Mouqrin, toujours est-il qu’Abdallah a jugé nécessaire de verrouiller cet ordre de succession en créant un « vice-prince héritier », une première dans l’histoire du royaume.

UN LIGNAGE IMPARDONNABLE POUR CERTAINS

La conséquence de l’irrévocabilité du décret est que Salman se voit privé à l’avance du choix de son propre héritier, tant il paraît impossible, lorsqu’il accédera au trône, qu’il puisse le remettre en cause. Quelques jours avant sa publication, Abdallah a en effet fait valider son choix par le Conseil d’allégeance, conseil de famille qu’il a créé en 2006 pour trancher les questions de succession alors que les intrigues de palais se développaient sur la question. Au passage, on note que cette ratification a obtenu les suffrages de plus des trois quarts de ses membres. Ce qui, autrement présenté, signifie qu’une forte minorité de ses membres s’y est ouvertement opposée. Cette opposition ne tient pas aux compétences du plus jeune des fils d’Abdelaziz, né en 1945. Ancien pilote de F-15 formé au Royaume Uni, ancien chef des services de renseignements (de 2005 à 2012 ), il a été gouverneur des provinces de Hail et de Médine. Bref, il a toutes les compétences communément requises pour un futur souverain d’Arabie saoudite. Cependant, ce que ne lui pardonneraient pas nombre de ses demi-frères et leurs héritiers, c’est son lignage : la mère de Mouqrin, Baraka — une Yéménite, aurait été une esclave ou une concubine et non l’une des véritables épouses légitimes d’Abdelaziz.

ABDICATION IMMINENTE DU ROI ABDALLAH ?

L’autre surprise tient à la date choisie pour publier ce décret : la veille de l’arrivée en visite officielle du président américain Barack Obama. Certains ont cru y lire un geste de défiance à l’endroit des États-Unis, leur signifiant que l’on ne tenait pas compte de leur avis dans la succession. C’est un double contresens : d’une part, les Américains savent très bien qu’en ce qui concerne les affaires internes à la famille royale leur influence est nulle et que tout avis exprimé, même en privé, serait contre-productif. De plus, dans le passé, Washington a eu du mal à gérer sa relation avec le roi Fahd, réputé pro-américain, tandis que les choses ont été beaucoup plus carrées avec son successeur Abdallah, pourtant régulièrement présenté depuis les années 1970 comme anti-américain par la presse d’outre-Atlantique. Bien au contraire, c’était pour le roi une façon de présenter directement aux dirigeants américains celui à qui ils auraient affaire dans les années à venir.

Il est également intéressant de noter qu’avant même la publication du décret, les réseaux sociaux, dont la jeunesse saoudienne est fort friande – c’est le pays du monde où le pourcentage d’usages de Twitter est le plus élevé, il est proche des 50 % –, bruissaient de la nouvelle de la nomination de Mouqrin au poste de prince héritier et de l’abdication imminente du roi Abdallah. D’où la rumeur insistante selon laquelle le scénario le plus vraisemblable serait la convocation par le Conseil d’allégeance d’un comité de médecins qui déclarerait inapte à gouverner le prince Salman, l’actuel prince héritier, laissant ainsi le champ libre à Mouqrin. De fait, la délégation américaine a pu constater que le roi Abdallah, âgé de plus de 90 ans (il serait né en 1923) portait en permanence une aide respiratoire et, toujours de source américaine, un cancer ne lui laisserait que quelques mois à vivre. Salman, âgé de 78 ans, passe quant à lui pour avoir une santé fragile. On a parlé à son propos de leucémie et d’Alzheimer. Son règne, s’il advenait, aurait toutes les chances d’être bref. S’il meurt avant d’accéder au trône, ce serait, après Sultan et Nayef, le troisième prince héritier que le roi Abdallah enterrerait de son vivant, comme par hasard trois membres de la puissante branche Soudayri de la famille royale. C’est sans doute pour faire mentir ce scénario qu’au début de l’année le prince Salman a enchaîné les voyages, avec une tournée asiatique l’emmenant tour à tour au Pakistan, en Inde, en Chine, au Japon et aux Maldives, avant de représenter le roi au Koweït pour un sommet de la Ligue arabe.

LUTTES D’INFLUENCE À L’HORIZON

Il ne s’agit pas ici de s’engager dans des spéculations sur les luttes d’influences et les successeurs probables du roi. Il ne fait guère de doute (le vote au sein du Conseil d’allégeance l’atteste, ainsi que l’inhabituelle transparence qui a permis d’en prendre connaissance) que ces luttes d’influence font et feront rage pour savoir qui viendra après lui. Après Mouqrin, lorsque arrivera le temps de passer à la génération suivante, le roi Abdallah espèrerait que soit placé son fils Mitab, chef de la Garde nationale. Mais Mohammed Ben Nayef, petit-fils de la branche Soudayri et ministre de l’intérieur est aussi considéré comme un prétendant sérieux. Néammoins, dans ce domaine, les favoris tombent fréquemment en disgrâce et, s’agissant de Mitab, les fils de rois perdent en faveur lorsque leur père n’est plus de ce monde. Le choix de Mouqrin par Abdallah fait-il partie d’une stratégie anticipatrice qui favoriserait Mitab ? En réalité, ces supputations s’apparentent à ce que fut la « kremlinologie » : les observateurs en sont réduits à pronostiquer à partir d’indices apparents très ténus, tandis que ceux qui savent vraiment sont à la fois fort peu nombreux et restent mutiques.

DES OCTOGÉNAIRES AUX AFFAIRES

Quoi qu’il en soit, Mouqrin étant le plus jeune des fils d’Abdelaziz, son successeur sera pour la première fois un petit-fils du fondateur du royaume. Toutes les interrogations subsistent quant à la lignée qui reprendra le flambeau et le Conseil d’allégeance a justement été créé pour arbitrer les conflits. Cependant, il ne faudrait pas s’imaginer que le changement de génération va rajeunir la monarchie dans ce pays dont l’écrasante majorité a moins de trente ans. C’est même tout le contraire. Depuis la mort d’Ibn Saoud en 1953, les rois qui se sont succédé appartenaient tous à la génération de ses fils. Plus de soixante ans après, on n’a toujours pas épuisé la seconde génération qui s’éteindra avec le règne de Mouqrin. Or, ce dernier est plus jeune que le plus âgé de ses neveux ! Et les petits-fils d’Abdelaziz sont par définition beaucoup plus nombreux que la génération précédente. Par conséquent, à moins que la famille Al-Saoud ne change en profondeur le mécanisme de succession – et rien ne l’indique – l’Arabie saoudite se prépare à être dirigée pour encore de très nombreuses années au mieux par des septuagénaires, si ce n’est par des octogénaires voire des nonagénaires.

 

Cet article, publié dans Moyen-Orient, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s