Défense : l’Arabie saoudite confirme un contrat de plus de 1 milliard pour la France (La Tribune, 07/10/2013)

L’Arabie saoudite a annoncé ce lundi l’entrée en vigueur effective du contrat LEX, permettant le lancement de la rénovation de quatre frégates et de deux pétroliers ravitailleurs de la marine saoudienne. Ce contrat s’élève à 1,1 milliard d’euros.
Ça plane pour le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. C’est officiel même si l’information avait fuité depuis un bon moment, le PDG de DCNS, Patrick Boissier, l’avait également révélé récemment lors d’une audition à l’Assemblée nationale. Jean-Yves Le Drian « se félicite » dans un communiqué publié ce lundi que l’Arabie saoudite lui ait confirmé « l’entrée en vigueur effective à compter du 7 octobre du contrat LEX (Life Extension Sawari 1, ndlr) signé le 1er septembre dernier », permettant le lancement de la rénovation de quatre frégates et de deux pétroliers ravitailleurs de la marine saoudienne.

« Ces travaux seront effectués par DCNS, Thales et MBDA, en partenariat avec des industriels saoudiens », a expliqué le ministère. Le contrat sera réalisé en partie par un chantier naval saoudien, le groupe Zamil, en partenariat avec le groupe naval DCNS. Le montant global s’élève à 1,1 milliard d’euros, dont plus de la moitié au bénéfice d’entreprises françaises. Ce contrat est « une étape majeure dans les relations franco-saoudiennes en matière de défense navale. Il témoigne du niveau élevé de confiance mutuelle et de coopération qu’entretiennent l’Arabie Saoudite et la France », a fait observer le ministère.

Jean-Yves Le Drian en Arabie Saoudite
Le ministre, qui effectue sa troisième visite depuis mai 2012 dans le royaume, sera reçu en audience par le Roi Abdallah bin Abdelaziz Al Saoud, par le Prince héritier et ministre de la Défense Salman Ben Abdelaziz Al Saoud, par le Prince Salman Bin Sultan Bin Abdelaziz Al Saoud, vice-ministre de la Défense, et par le Prince Mitaeb Bin Abdallah Ben Abdelaziz Al Saoud, ministre de la Garde nationale. Jean-Yves Le Drian remerciera ce dernier pour la signature d’un contrat avec MBDA qui va équiper de missiles sol-air VL Mica la Garde nationale, l’armée privée du roi commandée par le prince Mitaeb bin Abdullah, selon des sources concordantes. Ce contrat, qui s’élève à un peu plus de 150 millions d’euros, va permettre de remplacer le parc de missiles Mistral (MBDA). A terme, le missilier table sur plus de 500 millions d’euros de commandes au total.

Les entretiens du ministre porteront sur le partenariat politique et stratégique qui lie nos deux pays. « Ils doivent permettre de conforter notre convergence de vues sur les grandes crises régionales, au premier rang desquelles figurent la crise nucléaire iranienne et la crise syrienne », a expliqué le ministère. L’Arabie saoudite, partenaire historique de la France en matière de défense, « entretient avec notre pays un dialogue militaire et de sécurité confiant, qui se traduit par une étroite coopération de défense dense et un partenariat approfondi dans le domaine des équipements, au profit de la sécurité du Royaume et de l’ensemble de la région », a-t-il rappelé.

Des contrats en négociation
Deux autres contrats sont actuellement en négociation. Il s’agit d’un contrat de défense aérienne (Mark 3), négocié avec Thales, dont la signature pourrait être imminente, et de la modernisation future d’une partie de la flotte saoudienne (Sawari 3). Selon nos informations, Thales a terminé les négociations avec le ministère de la Défense saoudien (Moda) en vue de renouveler le système de défense aérienne Crotale (Air defence) du royaume, fourni par le groupe d’électronique. Au total, le contrat s’élèverait à 4 milliards d’euros, dont 2,5 milliards pour la première tranche.

Selon nos informations, DCNS aurait déjà obtenu un autre contrat de 150 millions d’euros pour la modernisation des frégates Sawari 2 dans le cadre d’un accord-cadre global. Un trépied qui lui permettrait de négocier avec l’Arabie Saoudite la vente de six frégates Fremm pour patrouiller dans les eaux de la Mer rouge ainsi que des sous-marins dans le cadre du contrat Sawari 3. Enfin, Paris négocie également avec Ryad un satellite d’observation, des hélicoptères ainsi que des centrales nucléaires et la construction d’un métro.

Cet article, publié dans Arabie saoudite, France, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s