Inquiétude au Yémen après l’expulsion de milliers de travailleurs d’Arabie (Le Temps d’Algérie, 02/04/2013)

L’Arabie saoudite a expulsé des milliers de Yéménites après l’entrée en vigueur d’une nouvelle réglementation concernant les travailleurs étrangers, selon des sources gouvernementales à Sanaa.
« Des milliers de Yéménites ont dû quitter l’Arabie saoudite. Ils ont été victimes d’abus dans l’application de la nouvelle réglementation », a déclaré à l’AFP un responsable gouvernemental, sous couvert d’anonymat.

Dans le cadre d’une nouvelle politique visant à favoriser l’emploi des Saoudiens, les autorités du royaume imposent désormais aux immigrés de ne travailler que pour l’employeur qui les parraine, sous peine d’expulsion.

« Des dizaines de milliers de travailleurs ont été renvoyés dans leur pays ces derniers jours en application de ces dispositions », a déploré la Yéménite Tawakkol Karman, prix Nobel de la Paix.

« La main-d’œuvre yéménite fait l’objet d’une importante campagne de poursuites et de perquisitions (…) sous le soupçon de violation de ces dispositions », a-t-elle ajouté à l’AFP, estimant que cette politique pourrait « déstabiliser le Yémen ».

Sur quelque 2 millions d’expatriés yéménites, un million vivent en Arabie saoudite et assurent des transferts de devises de quelque 4 milliards de dollars par an, selon des estimations non-officielles.

Tawakkol Karman a proposé « l’abandon du système des visas entre les deux pays pour favoriser la libre circulation des personnes, comme c’était le cas avant l’invasion irakienne du Koweït » en 1990.

L’Arabie saoudite avait alors expulsé des centaines de milliers de Yéménites pour sanctionner les autorités de Sanaa, qui s’étaient rangées du côté du régime de Saddam Hussein après son invasion du Koweït.

Sanaa a formé la semaine dernière une commission ministérielle, chargée d’entreprendre « des démarches auprès des autorités saoudiennes pour alléger la nouvelle réglementation », selon le responsable gouvernemental.

Le pays, menacé d’une catastrophe économique aggravée par une insécurité persistante, compte sur les donateurs qui lui ont promis une aide de 7,9 milliards de dollars pour réussir sa transition politique, mise à mal notamment par des appels à la sécession du Sud.

Cet article, publié dans Arabie saoudite, yemen, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Inquiétude au Yémen après l’expulsion de milliers de travailleurs d’Arabie (Le Temps d’Algérie, 02/04/2013)

  1. Muhandas dit :

    La situation est en réalité plus dure encore que ce qui est décrit dans cet article. En effet ses travailleurs sont bien souvent nés en Arabie Saoudite et n’ont pas d’attache ni ne connaissent réellement ce Yémen qui leur fait peur. Ils sont sous le sponsoring de leur pères qui eux ont un sponsor officiel mais la loi ne leur permet pas de travailler . Condamnés à rester à ne rien faire ils n’ont pas accé aux études supérieures, sans diplôme difficile de se faire valoir auprès d’un éventuel employeur par rapport à un indien ou un philippin (réputé moins cher et fiable). Alors ils se laissent exploités au noir par des employeurs sans scrupules qui profitent de l’aubaine d’une main d’œuvre productive, arabophone, docile et surtout pas chère contrairement  aux travailleurs saoudiens. Il ne faut pas se leurrer ce sont des rafles qui ont lieu en ce moment, certains vont au travail la peur au ventre et d’autres organisent déjà leur fuite au cas où les « jawazats » (sorte de police aux frontières) se  pointeraient. Ce sont deux avions qui ont quitté le pays en direction du Yémen et de l’Egypte combien encore vont suivre? Il y a là des drames familliaux et des vies brisés des gens sans histoire vont plonger dans la misère. Cette politique saoudienne est le résultat d’une démographie folle poussant les autoritès à orienter d’avantage les jeunes actifs vers des sociétés privés plutôt que dans l’administration et le secteur publique arrivé à saturation. Les autorités ne se soucient guère de ces immigrés pourtant natifs de leur sol et les campagnes hostiles sont lancés dans les médias, craignant un soulèvement de sa population on se souvient que le régime avait annoncé des avancées sociales sans précédent lorsque le printemps arabe atteignait son paroxysme. Aujourd’hui il semblerai que la variable d’ajustement à été trouvée, les yéménites car leur pays est le plus faible, puis les égyptiens puis ce sera les philippins, les pakistanais et les indiens ,puissances atomiques, ne seront touchés qu’en dernier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s