Après ses échecs, Damas réduit ses ambitions géographiques (L’Orient le Jour, 07/11/2012)

Le régime syrien, dont l’armée est bousculée par une rébellion de plus en plus audacieuse, a réduit ses ambitions territoriales pour se concentrer sur Damas, le centre de la Syrie et le pays alaouite, dans le nord-ouest, estiment les analystes. L’objectif du régime, selon la majorité des experts, est de se maintenir sur des positions pour avoir une carte entre ses mains lorsque viendra le temps des négociations. « Il est conscient qu’il ne reprendra jamais la main sur l’ensemble du territoire, il sait même qu’il devra abandonner Alep. Je pense que l’objectif du clan Assad est de se recroqueviller sur Damas et Homs », assure Thomas Pierret, maître de conférences sur l’islam contemporain à l’Université d’Edimbourgh.
Près de 20 mois après le déclenchement de la révolte et sa militarisation croissante, le contrôle par le régime du territoire s’est réduit comme une peau de chagrin. Le nord ainsi qu’une partie de l’est du pays lui échappent totalement, même s’il lui reste des positions militaires, dont plusieurs sont isolées les unes des autres. « Il a fait son deuil d’une partie du pays pour se concentrer sur la Syrie utile. Il lui faut tenir coûte que coûte ce grand axe qui va de Damas à Homs jusqu’au pays alaouite. Ce qui est à droite (Est) peut être sacrifié, mais il faut essayer de préserver ce qui est à gauche (Ouest) », explique Joseph Bahout, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris et spécialiste du Liban et de la Syrie. La capitale est essentielle pour assurer la légitimité du pouvoir, ainsi que la cité industrielle de Homs car c’est un nœud économique du pays. Le « pays alaouite », implanté dans les montagnes du nord-ouest et qui s’étend jusqu’à la ville côtière de Lattaquié, est bien sûr vital pour un régime issu de cette minorité. « Le régime considère que Damas est suprêmement important, c’est pourquoi il y concentre ses unités d’élite avec leur puissance de feu », convient aussi Shashank Joshi, chercheur associé au Royal United Services Institute (RUSI) de Londres. En fait, le pays est en train de se désagréger. Ainsi, constate M. Bahout, les régions kurdes dans le nord-est « sont déjà complètement autonomes ». À Deir ez-Zor et Boukamal, près de l’Irak, la présence du régime « s’effiloche, car les tribus ont pris leur distance vis-à-vis du pouvoir central ». Dans le sud, Deraa « est quasiment un no man’s land avec la Jordanie ».

Avec le temps, avec le temps va…
La facilité avec laquelle les rebelles se sont emparés dimanche de l’important champ pétrolifère d’al-Ward, dans la région orientale de Deir ez-Zor, gardé seulement par 40 soldats qui ont été tués ou faits prisonniers, illustre ce changement de stratégie. L’objectif est désormais pour le pouvoir de garder une carte à poser sur la table des négociations ou d’espérer que la situation internationale tourne en sa faveur. Damas pourrait ainsi tirer avantage d’une guerre entre Israël et l’Iran, d’une attaque islamiste contre l’Occident ou d’une crise politique dans les pays du Golfe qui soutiennent les rebelles. « Le régime va se replier sur une position territoriale forte pour négocier une sortie de crise de type yougoslave en faisant valoir que les fronts se sont stabilisés et que la poursuite de la guerre mènera à une boucherie. Il proposera une action internationale qui trace des lignes de démarcation durables et, à partir de là, négociera une sortie de crise », assure M. Bahout.
Pour Shashank Joshi, les dirigeants sont « divisés sur les solutions ». « En tant qu’entité, le régime est prêt à une sorte de compromis pour sauver sa peau, mais il sait que c’est impossible tant qu’Assad reste à la tête du pays. Or ce dernier n’a pas l’intention d’être la victime expiatoire. Tout ceci rend le régime instable et prêt à s’effondrer », dit-il. Mais Bachar el-Assad n’a pas oublié une leçon cardinale que lui a apprise son père Hafez, mort en 2000 : il faut parier sur le temps, et telle fut sa stratégie durant toute sa carrière politique pour se sortir d’une mauvaise passe. « L’objectif du régime est de survivre le plus longtemps possible en espérant des développements régionaux favorables. La qualité et la taille des unités loyalistes stationnées à Damas lui permettront de tenir la capitale encore longtemps », explique M. Pierret. « Il ne s’agit plus pour lui de mettre en œuvre une stratégie mais de sauver les meubles les plus importants aussi longtemps que possible », conclut-il.

Cet article, publié dans Syrie, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s