Frénésie diplomatique et politique au Moyen-Orient (4/11/2012)

A quelques jours de l’élection américaine, tandis que les combats s’intensifient en Syrie, le ballet diplomatique international devient frénétique au Moyen-Orient. Au Liban, le Président français, François Hollande  réaffirme son soutien à la stabilité du  pays et au dialogue national lors d’une halte à Beyrouth au cours de laquelle il a rencontré, au matin du dimanche 4 novembre, son homologue Michel Sleimane. Il fera ensuite une escale de quelques heures en Arabie saoudite où la situation en Syrie sera elle aussi à l’ordre du jour de ses discussions avec le Roi Abdallah, si l’état de santé de ce dernier le permet.  Une réunion des princes de la famille royale saoudienne se serait tenue hier, à Jeddah pour évoquer le devenir du comité d’Allégeance mis en place en 2006 par le Roi Abdallah afin de régler la succession au sein de la monarchie saoudienne. Ce comité qui visait notamment à évincer la branche Soudairi d’une future succession en ouvrant notamment la succession aux Princes de la troisième génération n’a pas fonctionné jusqu’à présent. Le Prince Nayef et le Prince Sultan puis l’actuel Prince héritier Salman, tous trois des Princes de la seconde génération, demi-frères du Roi Abdallah avaient été désignés sans passer par la procédure mise en place par le Conseil d’Allégeance.

Tandis que la succession est plus que jamais à l’ordre du jour en Arabie saoudite, au Koweït, l’Emir fait également face à une contestation politique qui appelle à une redéfinition complète du pacte prévalant jusqu’alors entre la famille régnante et l’opposition sous menace de blocage total de la vie politique et économique du pays.  Une nouvelle manifestation de grande ampleur est prévue ce dimanche à Koweït city. La famille AL Sabah aurait fait appel à la Jordanie pour assurer le service d’ordre… Le fils aîné du Roi de Bahreïn, emboîtant le pas,  à l’Emir du Qatar devrait effectuer une visite éclair à Gaza à l’invitation de l’UNRWA. Ce même jour débute à Doha et pour une durée de quatre jours, la grande conférence de l’opposition syrienne emmenée par l’ancien député syrien Riad Seif pour mettre en place un commandement politique préfigurant un gouvernement transitoire. Cette structure signe la marginalisation définitive du Conseil National Syrien qui accuse aujourd’hui les Etats-Unis de vouloir  garder le Baath au pouvoir à Damas.  Depuis Téhéran, le chef d’Etat Major des forces armées iraniennes a mis en garde le Qatar, « un pays voisin et ami » à la veille de l’accueil de cette conférence parrainée par Washington.

Pendant ce temps, au Caire, le Président égyptien s’apprête à recevoir le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov et la délégation qui l’accompagne pour une visite de deux jours dans la capitale égyptienne. La Syrie sera, là encore, au menu des discussions . La délégation russe rencontrera également Lakhdar Brahimi, l’envoyé spécial  conjoint de l’ONU et de la Ligue Arabe, tout juste de retour d’une tournée régionale et internationale qui l’a conduit en Russie puis en Chine se trouve également au Caire où son bureau est désormais basé…

Cet article, publié dans Arabie saoudite, Egypte, Gaza, Golfe, Koweït, Moyen-Orient, Qatar, Syrie, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s