Le Qatar est-il en train d’aider les islamistes au Nord-Mali comme il l’a fait en Libye ou en Syrie ? (Atlantico, 29/10/2012)

Malgré son territoire limité et sa population de moins de 300 000 ressortissants, le Qatar réussi petit à petit à prendre le leadership dans le monde arabe en soutenant les politiques islamistes les plus extrêmes.

La dernière visite de l’émir Hamad Ibn Khalifa al-Thani dans la bande de Gaza et le soutien affiché au Hamas constituent un véritable pavé dans la mare. Non content d’apporter son soutien (400 millions de dollars) à ce que les Etats-Unis, l’Union Européenne et évidemment Israël considèrent comme un mouvement terroriste, le petit Etat affaiblit au sein du monde arabe la maigre légitimité que l’Autorité Palestinienne et le Fatah avaient péniblement conquis au fil des ans. De ce fait, le Qatar affiche tranquillement sa stratégie : prendre le leadership du monde arabe en soutenant systématiquement les éléments politiques les plus extrémistes. Un « smart power » qatari en quelque sorte, qui commence à susciter des inquiétudes.

Rappelons bien évidemment que le système politique du Qatar est tout sauf démocratique, ce qui assure sans conteste à la famille régnante une rapidité de décision et une marge de manœuvre quasi illimitées. Doté d’un territoire limité d’à peine 11 000km2 et d’une population de moins de 300 000 ressortissants, le Qatar a réussi le pari d’exister sur la scène internationale en multipliant les acquisitions, les partenariats industriels et les investissements dans des domaines variés bien connus : LVMH (1% du capital), Veolia (5%), Vinci (2ème actionnaire), Total et Vivendi (2%) ou encore Lagardère (12.83%) mais aussi dans l’immobilier. Pour ce qui est du soft power, le Qatar dispose depuis près de 10 ans d’une chaîne de télévision, Al Jazeera, diffusée à la fois en arabe en anglais depuis Doha… et bientôt en français, probablement depuis Dakar. Dernier coup de maître : le Qatar est devenu membre associé de l’Organisation Internationale de la Francophonie, alors que la procédure normale impose plusieurs années d’attente (article du Monde). Dotée d’une image plutôt moderne et positive en Occident, la chaîne héberge pourtant l’émission hebdomadaire du cheikh Youssef Qaradawi, interdit de séjour en France l’an dernier (article de l’Express). Al Jazeera s’est montrée particulièrement en pointe dans la couverture des printemps arabes, en particulier dans la crise syrienne où elle a clairement pris parti pour les insurgés.

L’islamisme comme article d’exportation.

Dans le domaine diplomatique, le Qatar s’est timidement engagé dans une stratégie qui a d’abord consisté à exister face à l’Arabie Saoudite, son grand rival sunnite et wahhabite. Mais c’est lors de la crise libyenne que s’est manifestée de façon spectaculaire cette diplomatie qui a réussi à convaincre l’OTAN d’intervenir tout en fournissant une aide au sol grâce à des contingents militaires (que certains estiment à 5000 personnels) présents bien avant la chute de Khadafi. Sans vouloir préjuger de leurs qualités militaires, leur rôle essentiel a été d’acheter à coup de millions de dollars les tribus réticentes et à distribuer des armes dont la provenance en particulier française n’est un secret pour personne. Au point que le CNT et même certains experts militaires français se sont émus d’une participation qatarienne qui dès le début a choisi de privilégier outrageusement les éléments salafistes (article de l’Express) qui furent certainement à l’origine du meurtre de l’ambassadeur américain à Benghazi.

Mais l’action du Qatar se porte maintenant en direction de la zone sahelienne vers les mouvements d’inspiration islamiste tels qu’Ansar el-Din, AQMI (al-Qaïda au Maghreb Islamique) et le Mujao (Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest) et ce au su et au vu de tout le monde, y compris de la France dont les otages sont détenus par les mêmes. En quelque sorte la quadrature du cercle pour les militaires français mobilisés par le dossier malien tandis que le gouvernement accueille à bras ouvert les investissements qatariens sur son sol. Le 7 octobre dernier, le ministre des Affaires Etrangères tranchait le nœud gordien : « on a beaucoup parlé du Qatar, c’est vrai que son action est souvent spectaculaire. Mais dès lors que les investissements sont positifs pour la balance française, pour l’emploi, je ne vois pas pourquoi on serait réticents ».

La Syrie, engagée dans un conflit violent entre les forces du régime et les opposants majoritairement soutenus, financés et armés par l’Arabie Saoudite et le Qatar sucite également les inquiétudes de Washington qui craint que les armes acheminées avec le soutien des Etats-Unis ne tombent entre de « mauvaises mains ». Quand à la situation libanaise, on peut d’ores et déjà s’attendre au pire. De nombreux drapeaux salafistes figuraient dans le cortège qui a suivi les funérailles du général Wissam al Hassan et qui appelait à la chute du gouvernement soutenu par le Hezbollah, à tel point que certains leaders chrétiens des Forces Libanaises s’en sont émus. Preuve d’une radicalisation de toute la région, il semblerait qu’à l’instar de ce qui se passe en Syrie, tous les moyens sont bons pour contrer la menace chiite et iranienne dans la région.

Qu’on ne se méprenne pas : le Qatar est un magnifique exemple d’audace diplomatique et restera un cas d’école que les analystes et les universitaires citeront à juste titre encore longtemps comme un exemple de la construction volontariste d’une sorte de « smart power » combinant hard et soft. En effet, le tour de force de ce micro-Etat, quasiment inexistant dans les années 1960 (à cette époque, le Qatar comptait 60000 habitants) a été celui de devenir un acteur majeur dans tous les domaines. Et l’on ne peut pas raisonnablement s’offusquer qu’un Etat, aussi microscopique soit-il, tende à accroître sa puissance et suive ce qu’il croit être ses intérêts. Mais peut-être serions nous avisés de faire de même au risque de constater, comme cela arrive souvent, que nos intérêts divergent.

Cet article, publié dans Qatar, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s