L’Emir du Qatar, « faucon de l’arabisme » ? (24/10/2012)

Le Qatar aime à être le premier en tout mais plus encore sur la scène diplomatique internationale. Ainsi l’Emir a été le premier chef d’Etat arabe à visiter la banlieue sud de Beyrouth à la suite des raids israéliens de 2006. En 1999, il avait été le premier chef d’Etat arabe du Golfe à venir soutenir le Président Yasser Arafat dans la bande de Gaza. C’est aujourd’hui, mardi 23 octobre 2012, le premier dirigeant arabe à briser le siège de Gaza  imposé par Israël depuis 2007 pour isoler le Hamas qui a déroulé le tapis rouge pour lui et son épouse. Cette une visite hautement symbolique de quelques heures représente une véritable victoire diplomatique pour le Hamas mis au ban des pays occidentaux et d’une partie de la communauté internationale. Accueilli par le Premier ministre Ismail Hanieh au passage de Rafah après un atterrissage à l’aéroport d’Al Arisch, l’Emir accompagné de sa seconde épouse Cheikha Moza et du Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Cheikh Hamad Bin Jassem AL Thani, a suivi un rituel désormais bien rodé : annonce d’aides économiques et versement de financements puis discours à la population gazaoui avant de repartir…

Sur le plan économique, c’est une aide de $400 millions de dollars (contre $245 millions la semaine dernière) qui a été annoncée. 3000 unités de logements devraient être construites ainsi qu’un hôpital.  Après des mois d’absence de la scène internationale, la question palestinienne revient sur le devant de la scène avec la visite de l’Emir à Gaza au moment où le régime de Bachar al-Assad, l’Iran et le Hezbollah déploient des efforts conjoints pour apparaître comme les champions de la cause palestinienne. Or l’Emir, s’il a favorisé les relations avec l’Etat Hébreu étant le premier (là encore) Etat du Golfe à accueillir une section d’intérêts israélienne à Doha est resté à l’écoute de la rue arabe à ce sujet. Ainsi à la suite de l’émotion immense parmi la population arabe suscitée par l’opération plomb durci menée par Israël contre la bande de Gaza en janvier 2009, l’Emir du Qatar avait décidé de fermer la section d’intérêts israélienne. En février dernier, ses efforts de médiation avaient permis de trouver un accord entre le Hamas et le Fatah pour apaiser la crise politique qui faisait rage depuis plusieurs mois. Ce mardi, il s’est adressé aux frères ennemis palestiniens, le Hamas et le Fatah,  en leur demandant de s’entendre, préalable indispensable à la reprise de négociations de paix. Un petit pays le Qatar qui ne peut pas se permettre de jouer la seule logique de la confrontation et de la force. Alors un petit pays, certainement mais qui démontre, une fois encore, qu’il a non seulement du gaz mais des idées…

Cet article, publié dans Gaza, Qatar, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s